Lien

Discours du #1erMai| Ma lettre au Président de la République

image

Discours du #1erMai| Ma lettre au Président de la République

Les sages de chez nous, enseigne que quand Dieu fait ton palabre, point besoin de se dévêtir. C’est la moralité de cette histoire de #voleurs de la CIE et de leur congénère #brouteurs des transports.

Quand Monsieur le Président vous avez dit hier que les mesures qui ont conduit à mettre le feu au front social n’étaient exactement ceux qui avaient été « exactement » arrêtées au Conseil des Ministres, nous, citoyen de la commune d’#Abobo, sommes dit: Très bien!
Vous veniez de dire clairement et la tete haute ce que nous pensions tout bas. Et que celui que vous avez mis en mission a failli à appliquer correctement vos décisions, vos instructions.

Et bien, Monsieur le Président, c’est ce meme monsieur que vous avez envoyé à vos militants d’Abobo, vos enfants chéris, vos supporteurs les plus dévoués pour les sortir de l’ornière depuis 2001, pour qu’Abobo devienne un #Boston et vous imaginez bien le résultat: Zéro pointé!
Votre cher messager est rentré en brousse avec vos recommandations et vos instructions. Si bien qu’il n’en est ressorti qu’il y a peu pour venir repeindre à grand frais les lieux du crime: des locaux infrequentés par lui-même si ce n’est pour quelques cérémonies officielles.

Monsieur le Président, vous avez sûrement vu les conséquences de cette désillusion de vos #sofas d’Abobo dans votre dernière réélection. Les abobolais sont tout simplement restés chez eux, dans leurs grins, dans leur salon, dans leur quartier.

Vous avez donc eu le nez creux, en remettant les points sur les « i » dans cette affaire de permis de conduire et des factures d’électricité. Mais ce serait une symphonie inachevée si vous en restiez là! Déjà que #Les200 du gendre sont devenus de véritable Saint Thomas.

Il faut donc envoyés un signal fort à tous les mauvais envoyés en les remerciant poliment. Déjà qu’ils sont Députés de la nation, et pour notre tonton d’Abobo, Maire à mi-temps, vous ne risquez pas de les voir venir grossir les rangs des chômeurs. Ils auront de quoi s’occuper qui à l’hémicycle, qui dans leur commune.

Monsieur le Président, nous gardons toute notre confiance en votre pragmatisme et votre attachement légendaire à la rigueur. C’est pourquoi nous sommes convaincus que vous n’en resteriez pas au discours politique et aux bonnes intentions de ce 1er mai: Chassez-les sans état d’âme!

Respectueusement un #abobolais, qui compte sur vous!

Alpha Dee’Aras-souba Orlando

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s