Contribution : Koné Lacina à propos du RGPH « La démocratie ne peut pas justifier tous les dérapages comportementaux… »

Koné Lacina - Juriste - Membre de l'ILCI

Koné Lacina – Juriste – Membre de l’ILCI

Le gouvernement prendra désormais ses responsabilités vis-à-vis de ceux qui troublent d’une façon ou d’une autre le déroulement de l’opération de recensement national de la population en Côte d’Ivoire. La justice commencera à observer et des décisions seront prises immédiatement contre les personnes qui lancent des appels au boycott ou qui par leurs prises de position perturbent l’ordre public. » Ces propos du porte-parole du Gouvernement sonnent un réveil salutaire des autorités ivoiriennes. Mais c’est un réveil tardif. Le mal est déjà fait. Combien de séquestrations, de bastonnades d’agents recenseurs, d’humiliations de tous genres à leur égard, parfois même de meurtres de citoyens disposés à se faire recenser fallait-il pour que le Gouvernement se décide à faire respecter l’autorité de l’Etat? Les autorités ivoiriennes se font trop de complexe face aux comportements inciviques du FPI. Je l’ai dit dans ma précédente publication sur la question. La démocratie ne peut pas justifier tous les dérapages comportementaux d’un certain clan politique totalement irresponsable et exagérément belliqueux. On peut comprendre qu’un parti politique décide de boycotter un recensement électoral, car c’est d’un droit politique de participer à une élection. Il est de la nature d’un droit qu’on peut y renoncer. Mais on ne peut pas accepter ni comprendre qu’un quidam au nom de son opinion paralyse une opération de recensement général de la population et de l’habitat et de manière violente.

Albert Mabri Toikeuse - Ministre ivoirien du Plan

Albert Mabri Toikeuse – Ministre ivoirien du Plan

Ce recensement est un instrument de développement. C’est comme si un parti politique se levait et demandait à une partie de la population de ne pas envoyer ses enfants dans les écoles construites par le Gouvernement OUATTARA parce qu’il considère que la création de ces écoles est une opération politique. Je pense qu’il ya des limites à ne plus laisser dépasser. Il ne fallait pas laisser des gens prendre cette opération en otage en la politisant. Le fait de laisser Affi et les siens perturber impunément ce processus, porte à croire que le gouvernement lui-même admet que c’est une opération politique, alors qu’il n’en est rien. Cette décision qui devrait intervenir plus tôt, ne doit pas rester au stade d’effet d’annonce. Il faut la traduire dans les faits le plus rapidement possible. Ne dit-on pas qu’il vaut mieux tard que jamais?

Koné Lacina
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s